Vœu du conseil municipal portant soutien à l’appel de l’association « Nous voulons des coquelicots » pour interdire l’utilisation des pesticides de synthèse

Voeu adopté à l’unanimité lors du Conseil municipal du 22 février 2019

Les actions citoyennes en France, comme au niveau mondial, se multiplient pour sensibiliser sur l’état de notre planète et les conséquences désastreuses du dérèglement climatique sur notre santé et l’avenir de nos enfants. Autant d’actions qui ont un seul but : convaincre les élus de prendre leurs responsabilités et enfin d’agir.

Pour rappel :

  • La collégienne Greta Thunberg faisait l’école buissonnière seule et le 15 mars dernier ce sont des milliers de jeunes Français qui étaient en grève pour dénoncer l’inaction des adultes face à l’urgence climatique.
  • 2 millions de signatures, en quelques jours, en soutien à « L’affaire du siècle » regroupant quatre ONG et qui, au nom de l’intérêt général, ont décidé d’attaquer l’Etat français en justice afin qu’il respecte ses engagements climatiques.
  • Des toulousains et toulousaines testés sur le taux de glyphosate présent dans leur corps ont également décidé de porter plainte pour « mise en danger de la vie d’autrui » et « tromperie aggravée », leurs taux de glyphosate étant entre 3 fois et 35 fois supérieur au taux autorisé dans l’eau potable.

Autant d’initiatives et de mobilisations qui démontrent combien les Françaises et les Français sont préoccupé-e-s par les questions environnementales. Cette mobilisation citoyenne progresse et notre devoir est d’agir chacun à notre échelon, élu-e-s, citoyen-ne-s.

La loi Labbé, depuis le 1er janvier 2017, interdit l’utilisation des produits phytosanitaires de synthèse par l’Etat, les collectivités territoriales et les établissements publics sur les espaces verts, les forêts, les voiries ou les promenades accessibles au public.

La loi Labbé, depuis le 1er janvier 2019, interdit la vente, l’usage et la détention de ces mêmes produits interdits pour les particuliers.

La Ville de Toulouse ne déroge pas à la loi. Elle a supprimé à 100% l’utilisation des pesticides de synthèse dans ses espaces publics. Mais elle peut aller plus loin en soutenant l’Appel de l’association « Nous voulons des Coquelicots » Cette association veut alerter sur les risques sanitaires auxquels nous sommes exposés par l’utilisation des pesticides de synthèse. Un produit phytosanitaire interdit cède la place à un autre. C’est pourquoi seule une interdiction globale permettra à terme de ressourcer nos sols.

Cet appel a pour objectif sur deux ans de recueillir 5 millions de soutiens afin de convaincre le Gouvernement de recourir à l’interdiction de tous les pesticides de synthèse. Depuis septembre le collectif a recueilli 556 000 signatures et dernièrement ce sont les Conseils municipaux de Brest et Grande-Synthe qui lui ont apporté leurs soutiens, exprimant leur détermination à améliorer le futur.

En conséquence,

Article unique : Le Conseil Municipal de Toulouse décide d’apporter son soutien à l’Appel de l’association « Nous voulons des coquelicots » qui a pour objectif l’interdiction de tous les pesticides de synthèse.