Un bilan de mi-mandat plus utile au maire de Toulouse qu’aux Toulousains

Il était difficile de passer à côté en octobre dernier : la droite municipale a déployé la grosse artillerie pour communiquer sur son bilan de mi-mandat. Si rendre des comptes est un impératif démocratique, la hauteur des moyens utilisés laisse songeur : n° spécial du journal municipal, site internet dédié, campagne d’affichage dans les rues de Toulouse et dans la presse, lettre aux habitants de la métropole, rencontre avec le personnel, réseaux sociaux… Mais en revanche, pas une seule réunion publique avec les Toulousains ! Aucune occasion d’échanges et de débats ! La droite municipale craint-elle donc tant que ça la confrontation avec les habitants ?
Pourtant, cette période de mi-mandat aurait pu être l’occasion d’une évaluation sincère de l’action municipale. Elle aurait également pu donner lieu à une concertation avec les citoyens sur les priorités à fixer pour la seconde partie du mandat.

A cela, le maire de Toulouse a préféré une communication verticale, auto-satisfaite et mensongère, bien loin des réalités vécues par les Toulousains. Il passe bien entendu sous silence la hausse vertigineuse des impôts locaux, la fin de la gratuité des transports en commun pour les seniors, la réduction des services publics, la baisse des aides aux associations, les projets urbains menés à la hussarde, avec des concertations qui n’en ont que le nom… Il s’approprie sans état d’âme les réalisations et projets de la gauche toulousaine, comme le Quai des savoirs, l’espace des diversités et de laïcité, le Metronum, le parc des expositions ou la piétonisation du centre-ville.
Il réécrit l’histoire, tord et distord la réalité, comme lorsqu’il affirme avoir augmenté la part des produits locaux dans les achats bio effectués pour les cantines, pour mieux cacher que la part de produits bio dans les cantines a, en fait, diminué !

Si cette campagne de communication sophistiquée et coûteuse satisfait l’égo de l’équipe municipale en place, elle est, nous semble-t-il, en total décalage avec les attentes de nos concitoyens, qui sont en droit de compter sur un minimum de sincérité, de courage politique et d’écoute de la part de leurs élus.

Parce que ce n’est pas notre conception de la politique, nous avons décidé, avec l’ensemble des groupes d’opposition, de nous adresser directement aux Toulousains. Nous irons prochainement à votre rencontre pour vous faire part de notre vision de la politique municipale et échanger autour de vos attentes.
Vous serez très bientôt informés.