3ème ligne de métro : les élus socialistes participent au débat public

m3t-bulleLa Commission nationale du débat public vient de rendre ses conclusions à l’issue de la large concertation lancée autour du projet de troisième ligne de métro. Le sujet interroge, c’est le moins qu’on puisse dire. Habitants, associations, salariés, collectivités et institutions locales se sont largement mobilisés. Tout le monde s’est entendu sur la richesse des points de vue et des arguments recueillis. Si la fréquence et la capacité du métro à répondre à des pics de fréquentation aux heures de pointe ont été reconnues, ainsi qu’un tracé censé faciliter l’accès au travail dans des zones d’activités denses, tous les arguments ne penchent pas vers une approbation inconditionnelle du projet.

De nombreuses interrogations et inquiétudes demeurent quant à son opportunité. Certains déplorent une ligne destinée à un seul usage, la desserte d’Airbus, et jugent les moyens de rabattement vers le métro hypothétiques. D’autres doutent des capacités de financement de la ligne. D’autres encore mettent en doute l’efficacité des bus Linéo, regrettent que la place consacrée au vélo soit sous-estimée ou que les parkings relais soient saturés. Nombreux sont ceux qui proposent des alternatives à la nouvelle ligne de métro, avec la poursuite du maillage de la métropole en tramway et bus.

Une urgence : le maillage de toute l’agglomération en transports en commun performants

Les groupes socialistes de Toulouse Métropole et de la Ville de Toulouse se sont également emparés du sujet et ont envoyé une contribution à la commission du débat public.

Les élus s’inquiètent notamment du nouveau tournant pris par la politique des transports de la métropole avec le « projet mobilité 2020-2030 » proposé par Tisséo-SMTC. En effet, s’il poursuit un certain nombre d’opérations engagées ou initiées sous le précédent mandat (téléphérique urbain, mise à 52 mètres de 4 stations de la ligne A du métro, lignes de bus Linéo), ce projet donne la priorité absolue à la troisième ligne de métro. Or pour les élus socialistes, le maillage de toute l’agglomération en transports en commun performants constitue l’urgence. En permettant à chaque habitant de trouver un moyen de transport près de chez lui, il réduit l’utilisation de la voiture et participe à améliorer la qualité de l’air, qui est un enjeu majeur de santé publique.

Les élus doutent de la capacité de la collectivité à mener de front ce maillage et la construction d’une troisième ligne, dont le coût est estimé à 2,2 milliards. La date de mise en service prévue – 2024 – leur semble également sujette à caution.

Enfin, Le plan de financement présenté par Toulouse Métropole soulève inquiétudes et incertitudes. Les élus socialistes estiment que les projections de recettes et de maîtrise des dépenses sont très optimistes et plomberont durablement les finances de Tisséo-SMTC.

Dès lors, comment notre métropole pourra-t-elle financer d’autres investissements ou anticiper les révolutions technologiques annoncées en matière de transports dans les 25 prochaines années ?

Lire le texte de la contribution