Démocratie locale : des réunions publiques chahutées

En ce moment, la droite toulousaine fait le dur apprentissage de la démocratie locale. Elle découvre surtout combien il est difficile de revenir sur le terrain après avoir tant promis pendant la campagne électorale. Et si peu tenu après.

centre-culturel-alban-minvilleLe 5 septembre dernier, la municipalité organisait une réunion au centre culturel Alban Minville. Présentée comme une réunion de quartier, il s’agissait en fait d’une réunion de tout le secteur ouest. Le maire était annoncé, il n’est arrivé que trois bonnes heures après le début de la réunion, alors que la plupart des participants étaient déjà rentrés chez eux.
La réunion fut houleuse, les élus se trouvant très vite dépassés par des habitants inquiets, déçus par les promesses non tenues, amers de ne pas trouver de réponse à leurs interrogations, en colère parfois face au décalage entre le discours lénifiant des élus et ce qu’ils vivent au quotidien dans les quartiers. Il y fut principalement question de sécurité, les élus mettant en avant les caméras de vidéosurveillance mais ne s’attardant pas sur les incivilités, la violence, les trafics qui se déroulent hors du champ des caméras et que les habitants subissent de plein fouet.

Le lendemain, la même réunion été organisée, cette fois au centre culturel Desbals pour le secteur Rive gauche. Même monde merveilleux expliqué par les élus, mêmes inquiétudes, même déception face aux promesses électorales de 2014, même colère du côté de la population. Et cette fois-ci, Monsieur Moudenc ne s’est même pas déplacé. Il faut dire qu’il avait à faire : il annonçait dans le même temps les nouveaux tarifs Tisséo sur le plateau de France 3…
Devant le fiasco général, la réunion qui devait être organisée à Bonnefoy pour le secteur nord a été purement et simplement annulée. La majorité de droite aurait-elle peur de la démocratie locale ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *