Arnaud Bernard, «les oubliés de Toulouse centre»

Ça gronde dans les quartiers.

Il règne comme un petit air de fronde dans certains quartiers de Toulouse, qui se sentent délaissés par la majorité de droite du Capitole. Chaque mois, nous prenons le pouls d’un quartier et de ses habitants. Nous débutons la série avec Arnaud Bernard.

A Arnaud Bernard, le comité de quartier s’est autoproclamé « Les oubliés de Toulouse centre ». Un titre qui donne la mesure du désarroi d’habitants attachés à leur quartier, et qui ne veulent pas se résigner à le voir perdre ce qui a fait toute sa richesse : une histoire forgée par des vagues successives d’immigration, des valeurs cosmopolites, une vie culturelle intense, des liens sociaux très forts, symbolisés par les repas de quartier qui ont pris naissance ici avant de s’étendre dans toute la France. Une pétition a été lancée pour dénoncer à la fois la réponse exclusivement sécuritaire apportée par la municipalité aux difficultés rencontrées dans le quartier et le manque de dialogue avec les élus.

Arnaud Bernard - juin 2016Le comité de quartier reflète bien le sentiment ambiant des habitants d’Arnaud Bernard, tel qu’il s’est exprimé lors de la réunion publique organisée par la ville en mai. Le bilan affiché en matière de sécurité après l’installation de 12 caméras de vidéosurveillance (22 interpellations depuis janvier) ne les convainc pas. Ils n’ont pas vu disparaitre pour autant les deals, les incivilités et la difficulté pour les femmes d’y vivre normalement. Ils ont en revanche vu fleurir des bornes anti-assises, qui ternissent encore un peu plus la convivialité de la place Arnaud Bernard. Plutôt que ces plots qui créent la polémique mais ne résolvent rien, nombre d’habitants souhaiteraient que soient engagées des améliorations de l’espace public : extension de la piétonisation, végétalisation, modification des voies de circulation (en particulier les entrées et sorties du parking), éclairage, propreté… Ils souhaiteraient aussi la mise en place de politiques de prévention et un dialogue de proximité avec les jeunes fréquentant le quartier.

Pressée par les habitants, la municipalité vient de relancer, après deux ans d’arrêt, le dispositif « Commerce Avenir » mis en place par l’équipe de Pierre Cohen. Elle annonce aussi des projets d’animation culturelle sur la place Arnaud Bernard. C’est un début, mais il n’est pas sûr que cela suffise à résoudre toutes les difficultés.

Il y a urgence. Il est nécessaire d’apporter une réponse globale, en intégrant notamment Arnaud Bernard dans le projet mené par Joan Busquets dans le centre-ville, que la municipalité a décidé d’arrêter aux limites de Saint-Sernin. La qualité de vie dans le quartier dépend bien sûr de la qualité de l’espace public, mais aussi du lien qui doit l’unir au cœur de ville. Mais ce n’est pas tout : il faut poursuivre la diversification commerciale et le développement de commerces de proximité, porter une véritable stratégie en termes de culture et d’animation culturelle, redonner au point info une véritable mission d’accueil et d’information, faire de la propreté un défi, accompagner la réhabilitation des logements dégradés… Et surtout, maintenir le dialogue avec les habitants et tous les acteurs concernés, dont le comité de quartier. Un travail long qui demande humilité et patience. Par sûr que ce soit les meilleurs atouts de l’équipe de Jean-Luc Moudenc !

N’hésitez pas à faire remonter vos informations sur ce qui se passe dans vos quartiers, photos à l’appui !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *