Ca gronde dans les quartiers

Il règne comme un petit air de fronde dans certains quartiers de Toulouse, qui se sentent délaissés par la majorité de droite du Capitole.

En 2014, Jean-Luc Moudenc promettait de prendre en compte tous les quartiers. Il annonçait un urbanisme apaisé, une densité modérée, des quartiers sécurisés. Qu’en est-il deux ans après ?

Les résultats ne sont pas au rendez-vous et la grogne monte dans les quartiers. A Arnaud Bernard, Louis Plana, Compans-Caffarelli, Montaudran ou aux Pradettes, des pétitions fleurissent, des habitants se mobilisent
Ici, on dénonce une réponse exclusivement sécuritaire qui s’avère inefficace. Là, de la cosmétique en lieu et place d’un véritable projet urbain. Là encore, une densification qui ne prend en compte ni la préservation des espaces verts, ni les services publics nécessaires à la vie d’un quartier. Partout, on déplore une absence de dialogue et de concertation.
Les critiques reviennent et sont récurrentes. Les habitants craignent que dans les nouveaux programmes immobiliers, la qualité de vie ne soit pas réellement prise en compte. Ils voient que les caméras de vidéosurveillance sont présentées comme la seule solution pour amener le calme, mais que les médiateurs, qui menaient un travail de fond, certes peu médiatique, ont été supprimés. Ils remarquent que la propreté se dégrade et que les problèmes de stationnement sauvage, d’incivilité, eux, se développent. Et ils ont très vite compris que la création des 20 maires de quartier, sensés faire le lien entre les habitants, les associations et les services de la Ville, relèvent plus d’un affichage politique que d’une véritable volonté de répondre à leurs besoins.

Arnaud Bernard 3Jean-Luc Moudenc a annoncé récemment 33 projets « cœurs de quartier ». S’agit-il d’une réelle volonté d’améliorer la vie des quartiers ou d’une nouvelle opération de communication assortie de quelques saupoudrages destinés à faire croire que les habitants sont enfin entendus ? L’avenir nous le dira, même si la manière dont la droite toulousaine a appréhendé les quartiers jusqu’à présent nous incite malheureusement à pencher pour la seconde hypothèse.

Pour notre part, nous sommes profondément persuadés que chaque quartier doit faire l’objet d’une démarche globale, menée en concertation avec les habitants.
Cette démarche doit comporter une dimension urbanistique, afin d’améliorer l’espace public, mais aussi de créer un lien avec les quartiers qui l’entourent.
Elle doit prendre en compte la dimension commerciale, afin de dynamiser le quartier grâce à la diversité commerciale et le développement de commerces de proximité.
Elle doit porter une véritable stratégie en termes de culture et d’animation socioculturelle, en lien avec les associations du quartier.

Elle doit faire du plan propreté une priorité.
Elle doit agir sur les incivilités grâce à une palette de moyens qui incluent la répression, mais aussi la médiation, l’éducation, l’animation jeunesse, la prévention.
Elle doit comporter une politique volontariste en matière de logements, qu’il s’agisse de rénovation ou de construction de logements qui favorisent la mixité.

Pour chaque quartier, il faut penser global et agir local. C’est une démarche qui s’accommode mal de grands effets d’annonce tels que les affectionne l’équipe de Jean-Luc Moudenc. C’est pourtant la seule qui permettra à chacun de vivre sereinement et dignement dans son quartier.

Nous serons donc particulièrement attentifs. Chaque mois, nous prendrons le pouls d’un quartier et de ses habitants. N’hésitez pas de votre côté à nous faire remonter des informations sur ce que vous vivez dans vos quartiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *