Indécence

Les événements meurtriers de ces derniers mois n’ont pas calmé l’arrogance de la nouvelle municipalité, qui proclame encore, par la voix de Jean-Luc Moudenc, qu’elle a « changé l’ambiance de la ville ». Cette arrogance confine aujourd’hui à l’indécence quand Olivier Arsac, son adjoint chargé de la sécurité prend pour prétexte notre soi-disant laxisme pour masquer son impuissance.

La sécurité a été, tout au long de notre mandat, au cœur de nos préoccupations. Nous avons, avec pragmatisme et humilité, dans une approche partenariale, inventé de nouveaux outils et profondément modifié l’espace urbain pour favoriser le vivre ensemble et la prévention, réduire l’insécurité.

En six ans, nous avons, entre autres, redéployé une police municipale de proximité par secteur (concentrée sur le centre-ville avant 2008) et signé une convention de partenariat renforcé avec la Police nationale. Nous avons créé l’Office de la Tranquillité et recruté des médiateurs, élaboré une Charte de la vie nocturne avec les acteurs concernés pour apaiser les nuits toulousaines tout en préservant la tradition festive de notre ville, mené une étude approfondie avec des experts nationaux et internationaux sur l’outil vidéosurveillance, installé ensuite dans certains quartiers sous le contrôle d’une Commission des libertés publiques, mis en place et animé un Contrat local de sécurité et de prévention de la délinquance et relancé le Conseil Intercommunal de Sécurité et de Prévention de la Délinquance. 

La sécurité des Toulousains est une question sérieuse, qui mérite mieux que des effets d’annonces et des querelles politiciennes. Aujourd’hui, nous appelons à un peu de décence, et c’est aux familles endeuillées que nous pensons.

Vous trouverez en pièce-jointe le courrier envoyé par François Briançon à Olivier Arsac, adjoint en charge de la sécurité.

Lettre_FB_Arsac